Economie du tabac

Le tabac a un poids important dans l’économie individuelle et celle des États.  Sa culture est une de celles qui rapporte le plus.  Le caractère impérieux de sa demande, avec une très faible élasticité par rapport au prix, permet des taxes très élevées qui constituent une part importante des revenus des États.  Il prélève une part importante du revenu des ménages, proportionnellement plus élevée chez les précaires.   Certes les fumeurs sont une source considérable de dépenses pour la société, tant pour les maladies dont ils souffrent que par les dégâts dont ils sont responsables, pollution de locaux, incendies.  Mais leur mortalité prématurée  évite des dépenses liées aux retraites, aux affections du grand âge, à la dépendance.  De ce fait, il n’est à mon avis pas possible de faire un bilan valable sur le strict point de vue financier, et il n’est pas possible de chiffrer le poids des souffrances des malades et de leurs familles, de la pauvreté.  De toutes façons, quel que soit le mode de calcul, il est évident que le fumeur et sa famille sont les principales voire uniques véritables victimes du tabagisme.

Molimard Economie du tabac Texte .pdf

Molimard Economie du tabac Présentation Powerpoint

Molimard Economie du tabac Enregistrement .mp3 lors de la présentation

Testez vous

Economie du tabac QCM